Psychotropes : une consommation bien trop élevée en France

Anxiolytiques, hypnotiques, on en retrouve chez plus de 13% des Français.

Si la tendance nationale semble être à la baisse depuis quelques années, la France conserve toujours le deuxième rang  au niveau européen avec le constat affligeant de plus de 110 millions de boîtes vendues en 2015.

antidépresseurs médicaments anxiolytiques
Crédits : @StockSnap / Pixabay

Zoom sur les benzodiazépines

De la famille des psychotropes, les benzodiazépines agissent sur le système central nerveux en altérant certains processus cérébraux. Principalement utilisés pour réduire le stress, l’anxiété ou pallier les troubles du sommeil, ils sont prescrits dans 82% des cas, par des médecins généralistes et, souvent, pour des troubles non caractérisés. En 2015, 64.6 millions d’anxiolytiques ont été vendus et 46.1 millions d’hypnotiques.

65% des consommateurs, sont des consommatrices

Un français sur sept consomme des benzodiazépines, parmi eux, la plupart sont des femmes (65%) : leur consommation serait près de deux fois plus élevée que celle des hommes ; un facteur qui augmenterait d’ailleurs, avec l’âge puisque la prise d’anxiolytique semble être la plus élevée chez les femmes de plus de 65 ans.

Des produits pour le moins nocifs

La prise de psychotropes n’est pas sans conséquence pour la santé psychologique comme physique : il a été constaté que de nombreux effets secondaires apparaissaient et affectaient, dans 23% des cas, le psychique et le système nerveux (amnésies, comas, somnolence, confusions et convulsions…). Augmentant également jusqu’à 80% le risque d’accident de la route, ils sont depuis mars 2017, officiellement incompatibles avec la conduite. Si les prescriptions sont de courte durée, elles ne sont pas toujours respectées, or, une prise de médicaments en continue peut conduire à une accoutumance : mieux vaut donc les éviter !

En réduisant la consommation française de psychotropes, l’Etat pourrait certainement diminuer le risque d’accidents et, sans aucun doute, soulager son budget santé : en 2016, le montant de psychotropes remboursés (hypnotiques, antidépresseurs, anxiolytiques, etc.) s’élevait à plus de 930 millions d’euros !

Et s’il existait des solutions alternatives ?

Bliss VR patient essais
Séance de Bliss

La sophrologie ou l’hypnose sont des alternatives à ces médicaments, possiblement clés du bien-être, ces pratiques sont une réponse à l’anxiété et au stress quotidien chez de nombreux patients ; elles ne sont pourtant, pas encore assez mises en valeur et la consommation de médicaments les surplombent largement.

Une autre solution de détente et de bien-être a récemment vu le jour : la réalité virtuelle. De très rares entreprises commencent à développer des programmes en vue de répondre à une forte demande existante, c’est d’ailleurs le cas de l’Effet Papillon et de son projet Bliss !

Sources : (1) (2) (3)

Une pensée sur “Psychotropes : une consommation bien trop élevée en France”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *